LES CHOIX TÉLÉ PLANÈTE+ SEMAINE DU 7 AU 13 OCTOBRE 2017

LES CHOIX TÉLÉ PLANÈTE+

SEMAINE DU 7 AU 13 OCTOBRE 2017

 

FRACKMAN

Réalisation: Richard Todd

 

L’Australie devrait devenir le plus grand exportateur mondial de gaz naturel liquéfié grâce aux 30 000 forages – la plupart nécessitant la pratique controversée et polluante de la fracturation hydraulique – effectués dans l’État du Queensland, où vit Dayne Pratzky. Ce dernier était en train de construire une maison lorsque des membres de la Queensland Gas Company sont arrivés chez lui et lui ont ordonné de creuser des puits de gaz sur son terrain. D’après la loi, Dayne n’avait pas le droit de leur refuser l’accès à sa propriété. Révolté par la brutalité des méthodes de l’entreprise, inquiet des conséquences sur la santé de ses concitoyens, il devient Frackman, un militant très actif et, tel David contre Goliath, n’hésite pas à se battre contre une entreprise dont le chiffre d’affaires avoisine les 70 milliards de dollars.

Dimanche 8 octobre 19h30

SOUS LE RADAR  (nouvelle série en 6 parties)

Réalisation: Marion Guégan

 

De nombreux évènements filmés avec de simples cellulaires sont aujourd’hui accessibles sur Facebook, YouTube ou Dailymotion. Parfois objectifs, parfois exécutifs, que penser vraiment de ces phénomènes viraux ? La série « Sous le radar » va explorer ces images tournées par des citoyens souvent engagés et qui se battent pour faire bouger ces lignes. Pour la première fois à la télévision, décryptage des mille et un visages de l’actualité relayer sur les réseaux sociaux.

Les mardis 21h, dès le 10 octobre

LE PRIX A-T-IL UN SEXE ?

Réalisation: Camille Roperch

 

Du rose pour les filles, du bleu pour les garçons. Depuis une dizaine d’années, de nombreux secteurs industriels ont vu dans ce code couleur le moyen d’attirer les consommateurs. En France, en 2014, le collectif Georgette Sand révèle qu’en plus de différencier inutilement plusieurs produits de consommation courante en fonction du genre, certains industriels appliquent des tarifs différents pour des biens identiques. La machine médiatique s’emballe, les réseaux sociaux aussi et plusieurs produits sont montrés du doigt. Rasoirs, jouets, cosmétiques, pressing, on parle d’une «taxe rose». Existe-t-il une réelle intention de faire payer les femmes plus cher ? Peut-on parler de discrimination entre les sexes ? Une équipe a tenté de décrypter les stratégies du marketing de genre.

vendredi 13 octobre 20h

PUBLiCITÉ